Vous êtes qui et vous êtes où, vous qui votez FN ?

Ça commence à me courir le haricot cette histoire.
À chaque fois qu’il arrive un truc dans l’actualité on lit immédiatement « c’est bon pour le FN ! ».
Une baston à Calais, « c’est bon pour le FN ».
Un politique de plus corrompu, « c’est bon pour le FN ».
Le chômage qui augmente, « c’est bon pour le FN ».
Tout est bon pour cette masse informe qui se nourrit de la violence du monde, qui engloutit les barrières de la générosité et de la pensée, qui dégueule de solutions, finales ou pas mais simples à comprendre, avec peu de mots et des intonations qui font peur.
Le monde va dans le mur, c’est bon pour le FN.
Le FN ce n’est pas une abstraction bordel ! Il y a bien des gens derrière ces chiffres !?
C’est quoi ce monstre anonyme qui avance à pas de loups vers les 30%, 40% et pourquoi pas 60% non plus ? Êtes-vous des français comme moi ? Vous êtes qui putain, qu’on discute ?
Pour ma part, je ne connais personne qui vote FN.
Enfin, j’ai quelques doutes ici et là, de proches en proches, mais je n’ai pas remué la vase. Alors c’est qui ?
Des français idiots ? Sans culture ni repère ? Prêts à plonger dans le premier piège grossier du premier arriviste bas du front qui passe ?
Et hop, la LePen balance « les bactéries de l’immigration » et hop, mille blaireaux de plus pour dire « qu’elle a raison, c’est vrai ça faut se protéger, au moins elle parle comme nous et elle dit des choses vraies »… Je ne peux pas croire qu’il n’y ait que des abrutis décérébrés dans ce 30% annoncé ? Ou alors ça veut dire qu’un tiers de la population est complètement abruti ?
Famille LE PENIl paraît que dans le tas il y a des jeunes… Je ne pige pas.
Sérieux, c’est au-dessus de mes forces. Comment peut-on être jeune, en France 2015, et voter FN. Ou alors si : ils n’ont pas eu le père et ils découvrent le FN par la fille, et peut-être même par la nièce. Une espèce de vote aveugle qui fait abstraction du passé, des fondations, du « détail », du « durafour-crématoire », des « sidaïques », de l’héritage Lambert, de ce passé nauséabond, d’insultes, de coups et blessures, d’anti-sémitisme et d’incitation à la haine raciale souvent jugés et condamnés, de cette philosophie négatio-nagative qui exclut, rejette, ferme, humilie et renvoie.
(Parfois je regrette que Marine Le Pen ne soit pas la fille de Bayrou.)
(Une Marine Bayrou aurait tout déchiré !)
Mystère. Perplexitude.
Vous êtes où les FN ? Vous me lisez en ce moment ? Soyez sympas dites-le, faites votre coming out puisque le FN est un « parti comme les autres ». Pas de raison de me laisser m’humilier tout seul à avouer que j’ai tracté pour Raymond Barre en 1988…
Allez les gars, faites péter le dialogue qu’on comprenne, qu’on échange. Il ne peut pas y avoir vous d’un côté et nous de l’autre, ça ne mène nulle part. Vous êtes masqués, vous êtes partout mais nulle part, comme une armée silencieuse exprimant son errance derrière un rideau mais n’osant pas l’avouer parce que quelque chose en vous sait que c’est mal.
Allez, je vous promets que je ne dirai rien. Ou presque.

5 réflexions au sujet de « Vous êtes qui et vous êtes où, vous qui votez FN ? »

  1. Le Pen, c’est le Croque-Mitaines, le Père Fouettard, le Grand Méchant Loup des contes de fées. On l’agite en faisant les gros yeux pour faire peur, et aussi pour donner un peu de piment à l’histoire, mais en fait personne n’y croit.

    En France, on doit avoir pas moins de 70% des électeurs qui ont dit, au moins une fois, qu’ils voteraient FN aux prochaines élections (toujours les prochaines, hein…). Ou extrême-gauche, c’est pareil. Mais personne ne le fait, ou presque, c’est une menace destinée à secouer un peu les politiques… qui s’en foutent royalement en poussant néanmoins des cris d’orfraie, histoire de montrer leur indignation devant cette perspective propre à réveiller la bête immonde dont le ventre encore fécond… bla-bla-bla… tout ça, tout ça.

    Franchement, ça trompe qui, tout ça ? Cette majorité potentielle de nationalistes me fait penser à tous ces gens qui ont VRAIMENT voté Hollande en 2012, et qu’on n’arrive pourtant plus à retrouver aujourd’hui. « Moi ? Voté Hollande ? T’es fou, jamais de la vie ! C’est une quiche, ce mec… » Se fier à ce que disent les gens, c’est comme mouiller son doigt avant de le porter au vent pour dire de combien de points le CAC40 va monter ou descendre : pipeau !

    « Ah mais, ‘ttention », me rétorqueront certains, « le FN représente 18% du corps électoral ! ».
    Oui, et ? D’abord, 18%, ça laisse quand même 82% de gens qui ne votent PAS Front National. On peut pas dire que ça fasse une majorité. Mais remettons les choses en perspective : les 18% correspondent au score du FN aux dernières élections présidentielles, celles pour lesquelles les électeurs se déplacent le plus. Néanmoins, sur un peu plus de 45 millions d’électeurs recensés par l’Insee, seuls ceux qui ont réellement voté pour un candidat sont comptabilisés. Ça veut dire qu’on ne compte pas les blancs ou les nuls (qui correspondent pourtant malgré tout à un vote volontaire, même s’il ne désigne justement aucun des pantins qui sont présentés à la populace pour les entub…, pardon, pour les représenter), ni les abstentions qui peuvent, elles aussi, être considérées en partie comme des manifestations d’un refus conscient (et donc d’une décision électorale) de ne pas cautionner un système perverti. Au total, l’Insee (toujours), estime le déficit d’électeurs à 20 + 6 % (abstentions + blancs et nuls), soit près de 12 millions de personnes.

    À ce compte là, indépendamment du fait que les gens qui refusent le système constituent quand même le premier parti de France, 18% des votes comptabilisés ne représentent finalement que 6 millions de personnes au maximum pour le FN.

    Dans le même temps, notre beau pays compte 12 millions de personnes (soit le double) atteintes de troubles psychiatriques, et on n’en fait pas pour autant un fromage. Pourtant, on a quand même plus de « chances » de se faire rouler dessus par un psychotique au volant que de voir nos institutions tomber aux mains de national-opportunistes ou autres « communistes d’extrême-droite ».

  2. De ceux qui assument, dans mon entourage, il n’y a que mamie.

    Mamie a un peu la mémoire qui flanche. Alzheimer? on ne sait pas… Les anxiolytiques qu’elle a pris pendant 30 ans? C’est fort probable.

    Mamie regarde la TV, beaucoup, surtout TF1.

    Mamie, quand elle parle des « noirs d’en face », qui ont emménagé suite au décès du voisin, on sent qu’elle regrette de ne pas communiquer avec eux, pas de bonjours, pas de barbecues le dimanche.

    Mamie, à défaut de communiquer, elle s’imagine des trucs. Comme elle galère avec sa mémoire, je pense que ce qu’elle imagine lui est soufflé par ce qu’elle a vu hier à la TV.

    Mais mamie ne vote pas FN, elle oublie que ce dimanche on vote si on l’emmène au zoo.

    Je n’en suis pas fier, vraiment pas.

    La bise vinvin.

    1. Ma mamie à moi n’aime pas les Le Pen, ni le père ni la fille. Elle n’aime pas non plus les Noirs, ni les Arabes. Elle ne vote plus, ou alors, comme la dernière fois, elle met trois bulletins dans l’enveloppe (heureusement pour elle qu’on n’est pas passé à la machine à voter !). Elle fait semblant de croire que comme ça, elle vote trois fois, mais elle sait bien que son vote est nul. Ma mamie ne vote plus…

      1. « En France, on doit avoir pas moins de 70% des électeurs qui ont dit, au moins une fois, qu’ils voteraient FN aux prochaines élections (toujours les prochaines, hein…). Ou extrême-gauche, c’est pareil. Mais personne ne le fait, ou presque ».

        J’imagine que suite au vote des régionales vous allez réviser votre jugement.

        Il n’y a pas que des mamies Alzheimer ou des paysans incultes qui votent FN, car cette fois ci ils ont joint l’acte à la parole.
        De plus, je trouve étonnant que l’éditorialiste du l’article (vous êtes qui…) ait oublié de signer sa prose.
        Quant aux abstentionnistes si nombreux dans lesquels vous imaginez une ressource de voix anti FN pour la gauche, je peux imaginer qu’ils ne souhaitent pour partie au moins, une solution encore plus extrême droite du genre dictature et si possible militaire ou un Islam pur et dur, aux mieux un rejet de notre prétendue démocratie décadente.
        Pour finir, vous expliquez dans un autre article que les électeurs les plus »diplômés » votent prioritairement à gauche et inversement, seulement si on regarde le graphique on voit aussi que chez les diplômés, la part de gauche et extrême gauche augmente beaucoup plus que celle de la droite traditionnelle ; j’ai peur que la fréquentation répétée du monde archaïque et gauchiste de l’éducation nationale ne soit un facteur déterminant de leurs choix.
        Certes, si vous n’avez aucune connaissance, aucun amis qui vote FN, nous ne vivons pas dans le même monde.
        JYC

        1. Bonjour Jean-Yves,

          « J’imagine que suite au vote des régionales vous allez réviser votre jugement. »

          Ben non. Un peu moins de 28% de votants, ça reste loin de 70%, à plus forte raison si on ramène ce nombre au nombre d’électeurs (50% d’abstention, je vous le rappelle).

          « De plus, je trouve étonnant que l’éditorialiste du l’article (vous êtes qui…) ait oublié de signer sa prose. »

          Vous êtes ici chez Marion et Cyrille de Lasteyrie/@Vinvin (suffit de cliquer sur A PROPOS pour découvrir cette information ultra-secrète) qui sont les auteurs exclusifs de la prose qui s’y trouve, et, d’une manière générale, vous êtes prié de vous essuyer les pieds avant d’entrer. Mais pas sur les faits, hein, la réalité n’est pas un paillasson.

          Ainsi, quand vous dites « Quant aux abstentionnistes […] je peux imaginer qu’ils ne souhaitent pour partie au moins, une solution encore plus extrême droite du genre dictature et si possible militaire ou un Islam pur et dur, aux mieux un rejet de notre prétendue démocratie décadente », je ne saurai que trop vous conseiller de vous pencher sur les nombreuses études, statistiques et analyses élaborées notamment par l’Insee, dont les conclusions valent au moins les vôtres et qui énoncent une réalité un peu différente.

          Enfin, je reste en total accord avec vous sur le fait que « il n’y a pas que des mamies Alzheimer ou des paysans incultes qui votent FN » car on a pu noter que ce parti est celui qui connaît la plus forte progression d’électeurs CSP+, de jeunes des cités sans avenir et d’ouvriers peu qualifiés. Le même phénomène s’était rencontré avec le parti communiste à la fin des années 70 et on sait ce qu’il est devenu.

          Le FN n’est rien de plus qu’un vote protestataire, et tout le monde sait que ce parti est totalement incapable de diriger un pays EN VRAI. Pour la plupart des gens qui ont choisi un bulletin de vote bleu marine, voter FN c’est une manière de montrer leur rébellion au système. Mais, comme toute forme de rébellion, lorsque celle-ci devient trop courante, lorsque trop de gens s’y engouffrent, elle perd son côté sulfureux et donc son principal intérêt. Personnellement, je trouve que c’est une bonne nouvelle qu’il y ait de plus en plus de gens à voter FN (au 1er tour, hein…), car c’est le signe d’une prochaine implosion de ce parti.

          Bruno GONZALVEZ (je signe, au cas où vous auriez la flemme de regarder sous mon avatar)

Les commentaires sont fermés.