Ces héros de comptoir qui savent ce qu’ils auraient fait…

Par @Vinvin

Thalys rijtuig 3_13_23Vous êtes assis à votre siège, coincé par votre voisine qui regarde un film, vous entendez derrière des « clic, clic, clic », des cris, des bruits bizarres… Il s’est déjà passé trois, quatre secondes, et puis quelqu’un court, vous ne savez pas pourquoi, puis encore des cris et des peurs, dans différentes langues, vous vous levez vaguement mais autour de vous des gens se baissent, ils ont peut-être raison, et des bris de verre, des clic, clic encore, des cris, – dix secondes -, vous vous décidez à vous lever et là le train s’arrête, quelqu’un a brisé la glace, en se blessant peut-être. Vous apercevez un type bizarre et un autre qui court vers lui, et des coups. Il s’est écoulé quinze secondes, peut-être vingt, pendant lesquelles ce que vous avez pensé dépend de :
– Si vous êtes seul ou en famille,
– Si vous êtes à une place depuis laquelle vous pouvez vous extirper,
– Si vous vous sentez physiquement capable d’affronter un ou plusieurs hommes armés (les images de Charlie vous hantent encore et pendant ces quelques secondes ce sont plutôt les images de cadavres qui vous reviennent),
– Si vous avez des notions de ju-jitsu,
– Et même si vous en avez, ça ne vous prépare pas à une Kalachnikov, à moins d’être à un mètre en face à face avec une arme en plastique et dans un gymnase,
Des gens passent et vous vous demandez s’ils fuient ou s’ils sont blessés,
– Si vous comprenez bien les cris qu’on entend,
– Si vous pouvez réunir du monde avec vous,
– S’ils sont nombreux ?
– S’ils coupent les têtes, lâchent des bombes et brûlent des femmes ?
Votre pouls s’accélère, vous avez peur, très très peur,
– Si votre fils vous attend à la gare ?
– Si on ne va pas attendre un peu pour voir ce qui se passe, prendre le temps d’analyser parce que là ça va trop vite ?

chronoVous vous levez enfin, enjambez votre voisine, – vingt-cinq secondes -, vous courrez vers le fond du wagon et voyez des types au sol, vous êtes juste derrière des gars solides qui tiennent un mec torse nu, il y a du sang partout, vous étiez juste à quelques mètres, quelques secondes, vous auriez pu bouger, c’est allé tellement vite… On entend des gens pour dire que la situation semble sous contrôle.

Il s’est passé vingt-secondes au choeur du chaos ; comme tout le monde, vous étiez paralysé dans la méconnaissance de ce genre de situation que vous n’avez jamais vécue. Parce que jamais personne ne s’est retrouvé dans un Thalys dans lequel un type tire à la Kalachnikov, et donc il n’y a aucun livre, aucun repère sur ce sujet dont vous ignorez tout : vous ne savez pas, vous n’êtes rien. La peur totale et solitaire, et des bruits sourds qui flottent. Et les héros ? Des types qui avaient un panel de données très différentes, un angle de vue, une position dans la scène, un âge, une force, une cohésion amicale, des informations et des expériences plus précises (retour d’Afghanistan, pas un poste de commercial dans la banque comme vous), une opportunité sans doute, et qui ont transformé ce minimum de temps en une action presque mécanique, comme vous l’auriez d’ailleurs peut-être fait si vous vous étiez retrouvé quatre rangs plus en arrière, à la sortie des toilettes, avec vingt ans de moins, personne à vos côtés, des chaussures sans lacet ou un slip kangourou, que sais-je.
SeagalComment savoir quelle personne vous êtes dans des conditions extrêmes, dans l’urgence absolue ? C’est impossible. C’est juste impossible. Au milieu du chaos les sens partent en sucette, les repères sont brouillés, les décisions se prennent en un dixième de seconde, un battement de coeur qui ne vous appartient plus. Dans le chaos instantané, les « héros » sont mus par une pulsion qui est la synthèse exceptionnelle de ce qu’ils sont, de ce qu’ils ont vécu, des informations qu’ils ont et d’un espace de réaction infime qui se présente à eux. Certains moins solides se baissent en se cachant la tête dans leurs mains, parce qu’à cet instant, en ce dixième de seconde, la somme de leurs données les tétanise plutôt que les met en mouvement ; et d’autres foncent tête baissée et deviennent des héros quand ça tourne bien (merci encore les gars !), des cercueils dans le cas contraire.

Ce que j’aurais fait moi ? Aucune idée. Et je suis toujours épaté par ceux qui savent avec tant de certitude qui sont les lâches et les courageux ; et surtout qui savent avec aplomb comment ils auraient réagi en pareille circonstance. Fascinant.

4 réflexions au sujet de « Ces héros de comptoir qui savent ce qu’ils auraient fait… »

  1. avec l’internet et les portable tout ce qui se passe est instantanement retransmis sur la planette. Une voiture ecrase volontairement des passants au moyen orient, c’est fait en europe. On tire dans un autobus c’est reproduit. des manisfestations sur le mont du temple: une eglise detruite… Il n’y a plus de barrieres depuis qu’en 1968 quelqu’un les a ouvertes en disant : Il est interdit d’interdire. Le reste n’etait qu’une question de temps.

Les commentaires sont fermés.